Le fil d’Ariane

un blog dédié au point de croix

mon avis sur Alice au pays des merveilles (Tim Burton)

Classé dans : Tim Burton — 29 mars, 2010 @ 11:17

Un grand merci à Nicolas ( si vous voulez voir son avis cliquez ici) pour la sortie au cinéma de vendredi… nous sommes allés voir Alice au pays des Merveilles de Tim Burton, un film que l’on attendait avec une grande impatience

003019244377.jpg imgp0618rogn.jpg

Les critiques annonçaient à propos de ce film : « pas assez doux pour un Disney, pas assez noir pour un Tim Burton » qu’à cela ne tienne, en tant que  fans de Tim Burton, nous voulions quand même le voir…

002519244376.jpg 004819217111.jpg

Malheureusement nous n’avons pas vu le film en 3D… voici néanmoins mon avis :

De somptueux décors, une musique féérique de Dany Elfman, de magnifiques costumes et maquillages, néanmoins tous ces points positifs promettant un chef d’oeuvre cinématographique n’arrivent pas à faire oublier la platitude de l’histoire. La folie est pratiquement inexistante au pays des merveilles. Johnny Depp, jouant le Chapelier fou, n’est pas au mieux de sa forme et n’arrive tout au plus qu’à nous arracher un mince sourire. Le sadisme de la Reine rouge, interprétée par Helena Bonham-Carter, n’émerge qu’à peine dans un mécanique  » Qu’on leur coupe la tête ». Le personnage de la Reine Blanche est proprement risible et profondément antipathique tant pour son côté maniéré que par sa fadeur… Quant à Alice… si la révolte féminine consiste à oublier son corset et à faire quelques pas de danse devant une foule ébahi… Bref un scénario extrêment décevant où Tim Burton n’arrive à surgir que dans les décors et ses quelques clins d’oeil à ses autres films : nous remarquons ainsi l’arbre de Sleepy Hopllow, un portail rappelant celui de L’étrange Noël de Mr Jack et les sculptures végétales d’Edward aux mains d’argent… La fin tout à fait ridicule finit de faire sombrer ce film qui avait du mal à rester à la surface. En tant que fans de Tim Burton nous avons été extrêmement déçus de ne pas retrouver le Tim Burton d’Edward et de l’Etrange Noël de Mr Jack, car Alice se prétait bien à son atmosphère féériquement sombre et poétique.

Votre avis m’intéresse laisser moi vos impressions sur ce film en commentaires

 

4 commentaires »

  1. Louise dit :

    Bonjour Mélanie,
    J’ai vu cette semaine Alice, en 3D. J’ai vraiment bien aimé. Pour moi c’est un Disney, gentil et agréable à regarder. Ce film est un avatar de Tim Burton par la présence de ses acteurs fétiches mais cela s’arrête là. L’esthétique est en effet vraiment superbe (même si par moment, le paysage fait jeu vidéo, je pense au gros chien blanc baveux qu’Alice monte et qui parcourt une plaine désespérément vide !). Le rythme du film m’a agréablement surprise, ce n’était pas plus mal que de l’action pleins les yeux.

    Je n’ai pas trouvé la prestation des trois actrices principales décevantes, ni celle de J.Depp, bien au contraire. Tout est une question de vraisemblance scénaristique (quel gros mot !:D).
    L’héroïne est presque adulte, et découvre un monde qu’elle avait complètement oublié, normal qu’elle se pose des questions… elle ne va pas accepter d’un coup une réalité autre comme la jeune héroïne du film «Tideland » (Alice au pays des cauchemars pour résumer). Mais je pense surtout que comme c’est un Disney, il y a forcément une idée démontrée. Ici l’héroïne cherche l’échappatoire, se défile sans cesse devant l’obligation, ce qui fait d’elle une adolescente. La plongée dans le monde merveilleux est une mise à l’épreuve de son défilement perpétuel. La fin du film correspond à la prise de conscience d’Alice, elle devient pleinement adulte, endossant des responsabilités… alors que le corsage et ses collants enlevés au début du film sont une marque de rébellion typique d’un ado (à la sauce XIX° :D ). Bref, tout un film pour montrer le passage à l’âge adulte, et non pas une bête question de mariage qui tourne mal.

    Pour la reine blanche, son jeu ne doit pas être pris au pied de la lettre. Elle est une caricature de la princesse Disney, très cruche en effet et diaphane, que l’on se représente en adulte. Ça crève les yeux. On ne peut que rire. A-t-on déjà vu beaucoup de gentille reine faire ses yeux de biche et concocter des potions repoussantes le sourire aux lèvres ? Le pays des merveilles est manichéen, le mal contre le bien, Alice contre la Reine Rouge. Or si la reine blanche représentait mieux le bien qu’Alice, vertueuse, innocente et bonne, l’intervention de cette dernière serait complètement redondante. L’union fait la force certes mais deux personnages incarnant un même type est une drôle d’idée dans un film pour enfant (=schématique). Alice est là pour remettre de l’ordre dans ce monde tristounet et malade. Car l’atmosphère de ce pays contraste énormément avec le dessin animé. La reine rouge pouvait auparavant se permettre l’exagération, l’excentricité malveillante mais ici, le monde est dorénavant désabusé… elle est dorénavant un tyran mono-maniaque. (le chapelier me fait d’ailleurs un peu penser à un capitaine(!!) qui assiste au naufrage rimbaldien de son navire^^).

    Remarque, le passage à la pellicule a peut-être tué cette dimension burlesque, en voulant d’abord faire rêver… pas un chef d’oeuvre mais pas un navet non plus! :D

  2. Fioutch dit :

    Merci également à toi pour la sortie. Vivement la prochaine ^^

  3. Anissa dit :

    J’ai vu le film il est vraiment extra, johnny depp a un super role qui lui va comme un gand, c’est à la fois triste et marrant l’histoire on la connait mais elle est divinement interpréter! je conseille ce film en 3D.

  4. catherine dit :

    Je vais trouver un moment pour aller le voir en 3D (j’ai déjà les lunettes, c’est un bon début). J’ai déjà vu un extrait en 3D et il me branche bien. Je te donne mon avis, promis. A bientôt.
    Amitiés.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

le blog de Magie de Ségougnac |
le scrap de mag |
RUSTY presente DJ et DRAGON... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | HIPPODROME DE L'ATLANTIQUE
| Oiseaux exotiques: Canaris,...
| Lili Croix